Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2004

Londres - 2004/08/27 @ 22h30

De retour à Londres. Clairement, l’été est déjà fini de ce cote ci de la manche. Je laisse donc Paris et les commémorations de la libération derrière moi, dont j’avais croisé une des processions au gré des hasards parisiens. Le colonel Rol-Tanguy, la division Leclerc et De Gaulle évidemment, tous ont eu les honneurs des rediffusions et des hommages. Pour autant, peu de jeux à ma connaissance ont choisis le cadre de la libération de Paris. Ce qui est surprenant d’ailleurs quand on connaît l’engouement pour les jeux basés sur la seconde guerre mondiale…

 

Le temps a fait son œuvre. D’une période sombre dont la société des années 50 - 60 voulait faire table rase, a émergé des héros intemporels, aux voix fortes et rocailleuses, qui rassurent sans doute beaucoup de monde en ces temps troubles. De ces souvenirs restent de jolies images, des contes et des légendes. Et tant pis pour la réalité…

 

En parlant de réalité, Acclaim est en plein dedans. Enfin, surtout les employées. Dernier en date d’une longue liste de sociétés en difficultés, il s’agit toutefois d’un véritable symbole qui est touché, de part la taille de l’éditeur. Acclaim, ce n’est pas un petit studio de développement obscur, certaines licences furent énormes. Mais il semble que l’éditeur n’a pas su tirer correctement profit du passage à la PS2… J’espère qu’Acclaim pourra se redresser, si tant qu’il s’agirait là de plus que d’un simple coup de tonnerre dans un ciel décidemment pas si bleu que ça…

 

 

 

22:30 Publié dans Nexus | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.