Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2004

London - 2004/09/20 @ 20h30

Les jeux de guerres servant à interpeller la notion même de guerres ? Tel est le parie d’ une conférence à l’université du Maine intitulée “WAR GAMES : The making and unmaking of the world”. Ce titre, inspiré des travaux d’Elaine Scarry (comme par hasard), interpelle la notion de jeux de guerres en tant que processus créatif de destruction. Ici, deux mondes se côtoient, les arts numériques et la violence, deux mondes diamétralement opposés. Cette rencontre n’est évidemment pas sans conséquences...

 

Des artistes multimédias, pour la plupart militants de longue date, sont les principaux intervenants de cette conférence. Ruth Catlow, Mary Flanagan, ou encore Nathalie Bookchin, la crème d’une sorte d’avant-garde artistique américaine se penche sur ce thème.

 

Cette dernière travaille d’ailleurs sur un projet de jeu multijoueur interpellant les lois de la géopolitique actuelle, en collaboration avec le Tate Modern. Et si la propriété terrestre était abolie ? Que se passerait il si le mariage ne servait plus d’institution centrale ? L’idée est d’essayer d’apporter une réponse à ces questions via la simulation…

 

A Paris, la Villette s’apprête à accueillir des demain la seconde édition du festival VILLETTE NUMERIQUE. Lieu de rencontres et d’échanges entre artistes, professionnels et le public, deux conférences touchent directement le monde du jeu vidéo. La première a lieu le 29 et se penchera sur l’état de l’industrie en France. La seconde sera une table ronde sur l’art de la narration dans les jeux vidéo, et aura lieu le 02/10 (j’y serait sans doute présent d’ailleurs…)

 

La narration n’est d’ailleurs qu’une composante du processus de création. Comme nous le rappelle 01Net, le jeu vidéo est un art sérieux. Pour finir, voici encore une autre étude sur les habitudes des joueurs en ligne américain...

20:30 Publié dans Nexus | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.