Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/09/2004

London - 2004/09/24 @ 19h30

L’automne s’est installé sur Londres et j’ai déjà réussi à attraper la grippe. La quasi totalité de l’attention médiatique porte en ce moment sur l’enlèvement dramatique de Ken Bigley – mes pensées vont à sa famille. Cette affaire est devenu la marque de la fracture entre la société civile et le gouvernement anglais, et déjà, quelque soit l’issue de cette affaire – que j’espère la plus heureuse possible – cette affaire pèsera lourd dans le bilan de Tony Blair. Car à l’opposé de la France qui s’est uni autour du gouvernement pour soutenir la famille des journalistes , la même situation ici a des répercutions totalement différentes. Là où les fractures se comblent, ici, le gouffre s’étend…

 

Un signe de l’évolution de l’industrie du jeu est l’implication de plus en plus importante des publicitaires. Avec une audience potentielle évaluée à plus de 50 Millions de personnes, le jeu vidéo offre de surcroît de nouvelle façon de communiquer sa marque. Loin d’être cantonné à la simple application de textures ou aux panneaux publicitaires, les marques s’immiscent de plus dans le tissu même du jeu, en prenant une part active dans le gameplay. On a ainsi vu des jeux dans lesquelles boire de la Red Bull permettait de regagner des points de vie. Bref, les applications sont de plus en plus vaste. Peut être est ce une nouvelle piste à explorer pour le financement des pré-productions ?

 

L’implication de la politique dans les jeux vidéo ne cesse de me fasciner. Au delà de la propagande traditionnelle, j’y vois une nouvelle façon de communiquer intelligemment sur des problèmes complexes et rébarbatifs. Dernier exemple en date, « Take Back Illinois » se propose de démonter par le jeu le programme républicain afin de vaincre les républicains dans l’Illinois. Cette nouvelle façon de faire de la politique ne cesse de se rependre, jour après jour…

 

Mais pour bien comprendre pourquoi ce mariage assez déraisonnable à première vue, il convient de se pencher sur les mécanismes psychologiques mises en œuvre dans les jeux vidéo. Que l’on prenne le problème par la psychologie comportementale, ou par l’interaction avec l’imaginaire, il est facile de comprendre à quel point l’espace ludique offre un univers riche pour représenter des situations complexes. A l’opposé du texte ou du discours, le jeu permet d’impliquer le spectateur dans le débat, et ainsi d’aider notre conscience à intégrer les idées débattus… Mais a mon sens, si la plupart d’entre nous sont totalement imperméable à tout messages partisans ou publicitaires – on nous appelle des alter consommateur, parait-il – il en va peut être différemment de notre rapport au jeu…
 

Pour finir, le site du jour, c’est l’excellent site Push Start, qui a enregistré une émission sur l’avenir du jeu vidéo en France… On se demande parfois :)

19:30 Publié dans Nexus | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.