Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2004

London - 2004/11/15 @ 23h00

J’avais promis de parler de Londres, de cette ville que j’arpente de long en large quand j’en ait le temps. Profitant d’un week end clément, le soleil illuminant les larges avenues de la ville, j’ai pu faire quelques clichées de jour…

 

… comme de nuit, sous l’éclat des illuminations basées sur le thème du film « The Incredible ».

 

Mais que serait Londres, sans Trafalgar Square, ses fontaines, les drapeaux ouvrant la voie à Buckingham, et la garde montée ?

 

Dans un recoin de Leicester Square, l’art moderne se fait détourner par la publicité, au fond d’un magasin trop vide pour être honnête.

 

Mon Londres est bien plus vaste que ça. Cette ville, c’est aussi les pubs, les façades victoriennes, Camden Market, la tamise et… les bookmakers. Les bookmakers, ce sont ces officines où vous pouvez prendre des paris sur tout et rien, et de préférence n’importe quoi. Des courses hippiques aux élections municipales, des gagnants du dernier Big Brother à la couleur de la robe de la reine, tout y passe. Et le dernier pari, c’est de savoir quel éditeur de jeu va gagner les charts de Noël ! Les paris donnent EA et Activision au coude à coude… Qui vivra verra…

 

En parlant d’EA… Non, je ne vais pas parler du procès californien ! Ceci dit, avoir une vision de la société vu de l’intérieur, ça peut aider à comprendre certaines choses. Et c’est exactement ce qu’un universitaire de Carnegie Mellon a fait dans un rapport sur ses 6 mois de vie à EA. Instructif ! D’autre part, EA continue de se consolider puisque il est très probable que l’éditeur rachète Digital Illusion, le studio qui a crée Battlefield 1942. Ou va s’arrêter le processus ?

 

J’avais parlé dans une news précédentes de l’accord financier entre EA et l’université californienne, permettant aux étudiants de développer des prototypes originaux avec le support de l’éditeur. Sammy Studio joint le mouvement, puisque il a accrédité le laboratoire de recherche en jeu expérimental californien d’un « cadeau » de plus de 290.000$ ! De quoi développer de bons projets ! Gamespot revient également sur la conférence State Of Play, et le progrès des théories sur les espaces digitaux. La recherche a définitivement le vent en poupe.

 

Apres la coup de gueule sur le fait que les jeux aient perdu le sens de l’humour (voir news précédentes), Grumpy Gamer, l’un des designer de Monkey Island, revient à la charge pour enfoncer le clou. Je trouve très intéressant que le mot anglais « fun » puisse avoir tant de sens différent, puisque je doute que le dernier article de Noah Falstein sur Gamasutra traite du même « fun ». Red Ass Baboon donne par contre dans le sérieux en publiant cette analyse politique du traitement de la guerre dans le dernier Conflict Vietnam.

 

Enfin, l’actualité, c’est toujours Halo 2, qui finirai presque par voler la vedette à GTA :SA. Tandis que Microsoft essaye toujours d’élargir la base démographique de son public, les créateurs du machinimas « Red Vs Blue » envahissent le New York Times pour expliquer ce que la sortie d’Halo 2 signifie pour eux. Mais la star, c’est Half Life 2 ! Plus qu’une seule journée à attendre le messie, et ce n’est pas le caustique mais complet article de Gamespot reprenant les péripéties du développement qui va baisser l’excitation. Le retour de Gordon Freeman signe sans doute la suite la plus attendue de l’histoire du jeu PC. Et ça tombe bien, parce que j’ai plein de temps… :)

23:00 Publié dans Nexus | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.