Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/12/2004

London - 2004/12/28 @ 14h00

Après avoir survécu aux fêtes de Noël, aux rushs pour les derniers jouets et autres cadeaux, ainsi qu’aux TGV bondés, une semaine s’intercale avant le réveillon du jour de l’an. A peine le temps de s’en remettre donc. Histoire d’en profiter, on s’est fait une soirée Pixar, « Monsters Inc » suivi des « Incredibles ». Ce dernier appelle certains commentaires. L’évolution technique est impressionnante, le contrôle du scénario et des personnages est presque inégalé pour ce type de production. A condition de faire l’impasse sur la mise en avant de valeurs toutes américaines. Par exemple, la femme qui reste a la maison pour s’occuper de ses 3 enfants… Franchement… En 2004… Ou encore la posture du super héros, transfiguration principale d’un super ego très US, façon « Je suis plus fort que toi mais c’est pour ton bien ». Bref. Pixar a donc quitté le monde des films d’enfants pour celui plus profond mais plus critiquable des mondes adultes. Avec tout les pièges que cette démarche comprend. Signant tout de même au passage le meilleur James bond ou Superman depuis des années, techniquement supérieur à Monsters ou Toy Story (le rendu de l’eau et des cheveux est époustouflant), « The Incredibles » rentre dans une tradition plus hollywoodienne, là ou Pixar avait auparavant révolutionné le traitement des films d’animations. Une production qui serait irréprochable si Pixar ne nous avait pas habitué à mieux…

 

En cette fin d’année, EA monopolise l’attention de l’industrie. La dernière offensive du géant est l’offre de rachat de 20% d’Ubisoft. Ca peu paraître anodin pour un éditeur qui a racheté des studios à tour de bras cette année, mais Ubi n’est pas un studio, c’est un éditeur, un concurrent direct d’EA. Quand EA peine à racheter DICE, il ne s’agit que d’une entreprise cherchant à contrôler un fournisseur. L’OPA sur Ubi, c’est la mise à l’écart d’un concurrent. Pourquoi Ubi ? Que signifie cette tentative ? Voici une analyse absolument passionnante de la situation industrielle actuelle.

 

L’actualité d’EA, c’est aussi l’ offre d’exclusivité que la NBA à rejeter (pour l’instant). Apres la NHL, la FIFA, et le golf, il est clair qu’EA cherche à obtenir l’exclusivité de l’exploitation des activités sportives. Reebok ne s’y trompe d’ailleurs pas, puisque ils ont signés un contrat publicitaire à priori juteux. Le jeu devient donc de plus en plus un support de choix pour le marketing de produits placés.

 

Pour autant, le jeu n’est pas encore Hollywood. Ce mythe a décidément la peau dure, d’autant plus que la presse mainstream en semble être convaincu (demandez vous à qui profite le crime). Grumpy gamer revient sur cette légende urbaine. Il est d’ailleurs inutile d’aller très loin pour trouver les limites de cette théorie. La location de vidéo ou de DVD n’a jamais été un problème pour l’industrie du cinéma, ce qui n’est peut être pas le cas du jeu. Si ce danger potentiel s’avérait justifié, il me semble que cela démontrera définitivement que le marché du jeu et du cinéma ne fonctionnent pas selon les mêmes mécaniques économiques. Malgré le fait que le contenu des jeux et des films se rapproche.

 

Point de vue contenue, CNN définie l’année 2004 comme étant celle du sexe pour le jeu vidéo. Il est vrai qu’une série impressionnante de jeux ont enfin décidé de traiter le sujet sérieusement, des Sims à Fable en passant par l’inénarrable Leisure Suit Larry. Mais ce n’est pas sans risques. The Guy Game est un jeu potache tendance soirée bière arrosé entre pote du club de foot. La mécanique du jeu est de répondre à une sorte de quiz crétin pour obtenir l’affichage de séquences vidéo où de jeunes américaines un peu saoule montrent leurs seins. Jusqu’ici, rien de bien exceptionnel. Le problème, c’est que ces séquences ont été filmées avec de vraies étudiantes lors des fameuses soirées de beuveries et de débauches qui suivent l’obtention de leurs diplômes (l’équivalent du bac). Le hic, c’est que quand on a moins de 18 ans et qu’on se retrouve les seins à l’air dans un jeu vidéo, ça fait tache pour intégrer Yale, Harvard ou le MIT. Et justement, une de ces jeunes filles, une fois dessoulé, a décidé d’attaquer le jeu pour préjudice moral… Consternant ?

 

Par ailleurs, un résumé de la GDC australienne a été mis en ligne sur Gamasutra. NVIDIA confirme la date de production pour le GPU de la PS3, et Softimage a mis en ligne gratuitement ses outils de modélisation dédiés aux modifications de jeu, et en particulier pour Half Life 2.

 

2004 a aussi été l’année des MMORPG. L’offre n’a jamais été aussi vaste, et ces jeux continuent de réfléchir les problèmes de la société occidentale. Je trouve passionnant le fait que ces univers nécessitent également une sorte de police pour contrôler la criminalité virtuelle, ou qu’après avoir adopté le mariage, le divorce soit enfin devenu possible également. Et ce n’est bien sur pas gratuit. Mais le jeu le plus intrigant fut Second Life. Ce jeu semble offrir une réelle alternative créatrice, puisque les joueurs ont pu créer des jeux dans le jeu! Un vrai cauchemar de designer ;)

 

Le gameplay, c’est le dada de gamasutra. Plusieurs articles intéressants ont été publiés récemment, comme cette approche entre le jeu et la théorie de la relativité, l’interview de l’auteur de « Game Design Theory », ou cette remise en question de la nécessité de produire plusieurs fins pour un jeu. Pour sa part, GameDevBlog revient sur la notion d’émotion, le graal du game designer.

 

Pour ce qui est de l’industrie underground, on lira le post mortem de Gish, un jeu produit de façon entièrement indépendante. Les applications sérieuses sont également mis à l’honneur, avec l’obtention de fond massifs pour développer des jeux médicaux, pour aider à prévenir ou au cours des soins.

 

Pour finir, la BBC s’attarde sur la dure vie des petites amies des joueurs, entre les consoles et les jeux :) Dieu merci, je ne suis pas si accroc que ça ! Les fans de complots s’attarderont sur la ressemblance troublante entre Mario et Staline, ainsi que sur d’autres faits étranges du petit père des jeux… Alors, Mario, espion communiste ? ;)

 

Ces derniers temps :

14:00 Publié dans Nexus | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.