Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/05/2005

Cambridge - 2005/05/17 @ 21h00

Pffiou, voila une bonne chose de faite. Maintenant que les 3 consoles ont étés annoncés, la hype va commencer à redescendre un peu. La PS3 et la Revolution ont fait leur apparition, les débats peuvent donc commencer. Et autant dire que les combats vont faire rage si tant est que les 3 constructeurs ont donné le meilleur d’eux même. Alors, que retenir de tout cela ?

 

 

LE LOOK :

  • La PS3 (ci-dessus) a répondu au design concave de la X360 par une forme convexe un peu moins agressive. Evidemment, ça nous arrange bien étant donné que les deux consoles se compléteront avantageusement sur une étagère ;-) La PS3 sera apparemment de la taille de la PS2, tandis que Microsoft devra encore revoir sa copie. Les deux machines sont touts de même diaboliquement sexys. Mais la grosse surprise, c’est Nintendo qui l’a faite puisque la Revolution (ci-dessous) est à peine plus grosse que mon modem ADSL !!!

 

  • LOOSER : Hummm… Microsoft, mais juste parce que leur console est la plus volumineuse (voir l'image comparative ci-dessous). La X360 est quand même à 1000 lieues de la très moche Xbox !
  • VAINQUEUR : Nintendo, haut la main. Small is beautifull…

LES SPECS :

  • Pour des raisons évidentes, je ne peut pas trop commenter ce sujet ;-)

 

  • LOOSER : Nintendo, et heureux de l’être ! La firme nippone savait des le départ qu’elle se ferait larguer niveaux specs. Mais le plombier n’a pas dit son dernier mot…
  • VAINQUEUR : Sony ! Ca va changer de la PS2...

LE RESEAU :

  • Wifi et Bluetooth se partagent la part du lion. Touts les contrôleurs sont désormais sans fils (alléluia !). Les 3 constructeurs promettent tous mont et merveilles, réseaux connectés en permanence, etc etc. Mais il faut être honnête, en la matière, la X360 mène le bal et bénéficie clairement de l’expérience de Microsoft. Apparemment, la totalité des jeux SNES et N64 seraient téléchargeable sur la Revolution, ce qui est une belle idée :)

 

  • VAINQUEUR : Microsoft, à l’aise.
  • LOOSER : Tout les autres. Ca en deviendrait même embarrassant…

LA HYPE :

  • Microsoft a tiré le premier des Jeudi dernier avec une émission sur MTV. Ce faisant, Billou espérait sans doute voler le devant de la scène et souffler la bombe PS3. De son coté, Sony a donne dans le zen et la tradition, mixant démonstrations technologiques avec des images de futurs projets. Pour sa part, la conférence Nintendo a lieu au moment même ou j’écrit ces mots. Avec la Revolution sous le coude, et pas mal de Zelda, je ne me fait pas de soucis pour eux.

 

  • LOOSER : Microsoft. En essayant de courir après un lièvre qui se fiche de sa console comme de sa première paire de Nike, tout en négligeant le public des joueurs qui lui demandait de l’attention, Microsoft a réussi l’exploit de fâcher tout le monde. En remplaçant les démos impressionnantes par des hobbits et autres acteurs sur le retour, Microsoft a oublié que l’objectif était de faire en sorte que les gens rêvent de la console, au lieu de rêver d’être invité à la fête ! La X360 sponsor de Star Academy ? C’est sans aucun doute déjà prévu….
  • VAINQUEUR : Sony, et de loin. En gardant la machine au secret jusqu’au dernier moment, Sony a réussi à enthousiasmer le public. Preuve ultime de confiance en soi, Sony a évité de céder aux sirènes de la médiatisation, puisque seul Spiderman a été convoque à la fête. Et comme à chaque fois, Final Fantasy était là pour assurer le spectacle.

LES JEUX :

  • De loin le plus important, et là encore, pour des raisons évidentes, je ne peux pas faire de commentaires…

 

Je ne suis pas libre de commenter HS, alors je laisse aux autres le soin de le faire, et aux images de parler. Et surtout, n’oubliez pas la vidéo :-D

  • EUROGAMER:
    "This appears to be a game involving a heroine with a big gun and a big sword who fights entire armies. Surrounded by enemies in an opening shot, she explodes into life, [...] smashing them through splintering objects, kicking tables around, spearing two at a time, [...] taking on an army comparable to the Armies of Mordor, using rockets to carve holes in enemy lines and then fighting literally thousands at once. [...] Heavenly Sword looks like a Matrix Reloaded simulator"
  • IGN:
    "What's most amazing is that we were told that what we saw was all in game graphics. When you consider the detail give to every enemy including the main character, the concept it hard to believe."
  • GAMESPOT:
    "it is, like the rest of the PS3 titles on display at the Sony press conference here, incredibly impressive from a visual and graphical standpoint. [...] If this represents the graphical capabilities of the system when it finally arrives, then we'll call ourselves impressed."
  • COMPUTER AND VIDEO GAMES:
    "Heavenly Sword looks slick, stylish and will no doubt prove addictive as you hack and slash and use extraordinary martial arts skills to defend yourself against overwhelming odds."

21:00 Publié dans Nexus | Lien permanent | Commentaires (0)

15/05/2005

Cambridge - 2005/05/15 @ 14h00

Bon, évidemment, l’événement fut l’annonce de la nouvelle Xbox 360 sur la chaîne de télé gonzo MTV. Microsoft, en annonçant clairement son intention de cibler le grand public, a fait un splash en associant sa console à l’image cool et branchouille d’Hollywood. Dance floor, concert live de groupes à la mode, flashs et jeunes qui dansent. Assurément, avoir Elijah Wood pour présenter votre console, c’est classe… Non ? Non ?... Non.

 

Savoir si Microsoft a réussi son pari en branchant les teenagers du monde est un peu difficile pour moi. Par contre Microsoft a réussi à fâcher les geeks et autres hardcore gamers du monde entier. Il faut dire que ces derniers se fichent du string de Paris Hilton comme de leurs premières chaussettes trouées. Pour autant, Billou a été malin en leur réservant Our Colony, une tentative de marketing viral intelligente un peu trop mal ficellé….

 

Au final, une question demeure. Peut on séduire le grand public sans le support des fans hardcores ?

 

Mais bon, tout cela n’est que du marketing. Seule compte la machine… et les jeux qui vont avec ! Pour la machine, chapeau. Microsoft a compris la leçon de la première Xbox. En pompant furieusement du coté d’Apple, la Xbox 360 deviendrai presque une machine sexy. Un seul point noir. Elle est encore plus grosse – légèrement – que la PS2 (l’original hein). Les américain ne comprendront jamais rien à la miniaturisation.

 

 

Sur ce qu’il y a à l’intérieur, rien a redire. Des dizaines d’autres sites se sont déjà chargées de décortiquer le hardware. Le plus important, ce sont les jeux. Et de ce cote là… Et bien, c’est encore un peu mince pour l’instant. Enormément de séquelles ( Call of Duty 2, Madden NFL 06, NBA 2K6, Need for Speed Most Wanted, Project Gotham Racing 3…), beaucoup de gameplay convenu ( Battlefield 2, Elder Scrolls IV, Full Auto, Perfect Dark Zero, Quake 4, Saint's Row… ), pas mal de licences ( Darkness, Tom Clancy's Ghost Recon, Tony Hawk's American Waste Land… ), quelques nouveautés plus ou moins discrètes ( Alan Wake, Condemned, Dark Sector, Demonik… ), seules quelques perles sortent du lot ( Blue Dragon, Gears of War, Kameo, Ninety-Nine Nights… ).

 

 

En somme, la Xbox 360 s’inscrit en évolution plus qu’en révolution par rapport à la Xbox. Microsoft (et les éditeurs associés) pense que son public principal veut encore plus de la même chose. L’avenir dira si ils ont eu raison. A ce jour, la plus grosse déception est Perfect Dark Zero, le grand absent est Halo 3 et le jeu le plus next gen est Ninety-nine Nights.

 

 

Parlons un peu de ce dernier. En cours de production pour Microsoft Japon par le créateur de Rez, ce jeu semble mettre en scène de grandes batailles homériques dans un univers fantastique. Même si les détails sont encore flous, les premières images sont très encourageantes. Tetsuya Mizuguchi va-t-il être le grand sauveur du line up de la Xbox 360 ?…

 

On en reparlera Lundi (ou plutôt Mardi je pense) :)

 

Sur un sujet un peu plus sérieux, je suis tombé sur une page de publicité passionnante dans le dernier Develop. L’un des grands avantages à vivre à l’étranger est de pouvoir voir les efforts que font notre Ministère des affaires étrangères pour redorer le blason terni de notre chère république. C’est donc ainsi que j’apprends de la bouche de Clara Gaymard (la femme d'Hervé), présidente du Invest In France Agency, que la France a atteint le parfait équilibre entre la modernité et la tradition. J’y apprends aussi que les entreprises investissant plus de 15% de leur budget en R&D sont exonérées de charges sociales pendant 8 ans. D’ailleurs un encart stipule que notre gouvernement Raffarin a introduit 50 mesures pour aider les investisseurs étrangers. Apparemment, la France est un pays qui mixe les cultures de toute la planète, et surtout si les Français se plaignent tout le temps, ce n’est que parce que nous cherchons à atteindre l’excellence… ... Mouais…

 

Dans l’ensemble, pourquoi pas. Ce n’est pas tant la démarche de passer une pub qui m’intéresse plus que le fait qu’il faille en venir la pour que la France redore un peu son image. Rien de ce qui est dit dans cette page n’est complètement faux par ailleurs. C’est le portrait de la France qui est décrit dans lequel je ne me reconnais pas. C'est sans doute pou cela que le site s'appelle The New France. Je n'ai pas du mettre les pieds la bas!

 

Mythe 1: La France n’est pas un pays multiculturel. La France normalise les autres cultures à l’aulne de ce quel reconnaît ou pas comme convenable. Mythe 2 : La France n’est pas un pays a même d’attirer les investisseurs. Toutes les exonérations se font à grand coup de paperasses et de bureaucratie, ce qui a un coût non négligeable. Mythe 3 : Les Français ne râlent pas parce qu’ils visent l’excellence. Les français râlent parce qu’ils conservateurs, qu’ils rechignent aux changements et souvent ne pensent qu’a leur propre intérêt avant celui de l’entreprise, et encore moins celui de la nation.

 

Mais bon, je suppose qu’il faut bien des gens comme Madame Gaymard pour espérer redonner un peu de souffle à l’économie Française. Bonne chance (sincèrement)….

 

Ces derniers temps :

  • J’écoute: Pas grand chose. C'est le printemps, je sors ;-)
  • Je lis : La misere du monde – Pierre Bourdieu (petit a petit).
  • Je vais voir: Pas grand chose. C'est le printemps, je sors bis ;-)
  • Je joue à: Ghost in the shell - Stand alone complex - PS2
  • On me trouve: dans les parcs, quand le soleil brille.

14:00 Publié dans Nexus | Lien permanent | Commentaires (0)

11/05/2005

Cambridge - 2005/05/11 @ 22h00

Comme on dit, les dès sont joués à présent. La très vaste majorité des développeurs et éditeurs de jeux vont se retrouver à Los Angeles ce Week End. Alors concrètement, qu’il y aura-t-il à voir ? Déjà, une déferlante de séquelles, toutes plateformes confondues (PS2, XBOX, GAMECUBE). Prenez n’importe quel jeu qui a vendu plus de 100 000 copies, et il y aura une chance sur deux pour qu’une suite soit présentée la semaine prochaine. Mes favoris : Burnout Revenge et Zelda ;-)

 

 

Il n’y aura tout de même pas que des séquelles. Quelques nouveaux titres devraient arrive à tirer leurs épingles du jeu. Mais très franchement, si vous me demandez, je crois que je ne serai pas capable de vous en citer un. Ah si, peut être Code Age, de Square. Mais on peut difficilement parler d’originalité dans ce titre…

 

A coté des plateformes traditionnelles, la DS et la PSP devraient vraiment être les stars du show. J’ai joué à Electroplankton hier, et c’est vraiment une perle ! Du bonheur en petit format, des heures de perdues en perspective (Note : Surtout ne montrez pas ce jeu a votre petite amie).

 

Pour finir, le gros temps fort du show, ce sera bien sur la présentation de la PS3 et de la Xbox 360. Chacune de ces plateformes devraient avoir de quoi se montrer sous le meilleur jour. Mon favori, Heavenly Sword bien sur ;-) Plus que quelques jours à attendre…

 

 

Une note plus sérieuse à présent. Les jeux chrétiens envahissent l’espace grand public, ils s’apprêtent d’hors et déjà à s'installer dansles walmarts et autres Carrefours américains. Ils ont meme leur conference. Sans en faire tout un plat, je pense que c’est un signe des temps. Une sorte de rappel à l’ordre pour tout ceux qui, un peu comme moi, oublient que la laïcité n’est pas universelle, mais plutôt l’exception. Saviez vous qu’il n’y a que deux pays laïcs en Europe ? (La France et le Portugal). Les jeux sont une part de la culture populaire, ils reflètent les angoisses et les représentations mentales du moment… A méditer donc :-)

 

Ces derniers temps :

22:00 Publié dans Nexus | Lien permanent | Commentaires (0)

02/05/2005

Cambridge - 2005/05/02 @ 18h00

L’industrie est en mutation. Sans forcement donner dans le négativisme, beaucoup de choses ont changées en seulement 2 ans. Si la fermeture d’Elixir est contrebalancée par la création de SilverBack , les modes de productions sont définitivement remis en cause. Avec un marché plus vaste que jamais, un nombre impressionnant de plateformes en cours de vie (du mobile à la PS2, de la DS à la PSP en passant par la NGAGE, de la XBOX au PC…) et un nombre encore plus impressionnant se profilant à l’horizon, faire du jeu n’a jamais été aussi compliqué.

 

Dans ce paysage, le cas de Valve synthétise toutes ces évolutions. La fin de l’accord d’édition qui les liait à Vivendi est emblématique de la défiance qui règne entre les éditeurs et les développeurs. Bousculé par des créatifs qui cherchent de plus en plus à se débarrasser d’eux, les éditeurs n’ont pas encore formulé de réelles réponses aux interrogations de l’industrie. A l’orée de la naissance des consoles de nouvelles générations, jamais le business model du jeu n’aura été autant mis à mal. Il règne une ambiance de masse critique, l’impression que quelque chose va bientôt se briser parce que le point de non retour a été dépassé.

 

Les jeux ne sont déjà plus dans le simple registre du divertissement. A l’heure où ils servent à soigner les pompiers New-yorkais traumatisés par le 11/9, l’impact social et psychologique des jeux n’est plus à démontrer. C’est un monde d’opportunités qui s’ouvre à qui saura trouver la bonne combinaison. Cela n’a plus rien à voir avec la technologie, ou les machines. L’enjeu, c’est la culture…

 

 

Ces derniers temps :

18:00 Publié dans Nexus | Lien permanent | Commentaires (0)