Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/07/2006

RESF: Justice Sans Frontière

Au moment où j’écris ces mots, Chirac fait son allocution du 14 juillet. Comme d’habitude, la langue de bois règne en maître, y compris sur un problème que j’ai à coeur: les enfants sans papiers.

 

Soyons clairs, pour moi, ce problème n’est pas lié à l’immigration en soi. De l’immigration, il y a toujours eu, et il y en aura encore quelque soit les législations en place.

 

Le vrai problème, c’est le dysfonctionnement majeur de nos institutions. Pendant des années, cette frange de la population a été ignoré, exploité, humilié par une administration schizophrène qui tantôt leurs accordant des droits fondamentaux, tantôt les dénies.

 

Je n’ai pas la clef de la solution pour ce problème, mais je sais au moins une chose. Quand quelqu’un travaille, ont des enfants qui vont à l’école, vivent dans un pays pendant parfois une dizaine d’année, on ne peut pas leur demander de partir du jour au lendemain.

 

C’est inique, injuste et inhumain.

 

La seule chose qui serait juste, ça serait aux institutions Française et à ses représentants – de gauche comme de droite – de reconnaître leurs erreurs et d’être juste avec ceux qui aujourd’hui ont à payer le prix de ces incompétences.

 

 

Alors, aujourd’hui, je parraine deux jeunes – une roumaine et une zaïroise – et je milite au sein de RESF en espérant que la raison reviendra aux démagogues qui nous gouvernent.

 

C’est ce qui fait de moi un citoyen fier d’être Français.

13:45 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.