Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/02/2007

The quest for relevance

Février, c’est la traditionnelle époque de la chasse aux stages. Le milieu du jeu vidéo n’y fait pas exception, d’autant plus que le recrutement dans l’industrie n’a jamais été aussi élevé depuis ces 5 dernières années. L’ENJMIN et CREAJEUX ont d’ailleurs fait passer un message en ce sens sur le site de l’AFJV.

 

Problème : les studios ne veulent que des gens expérimentés. Du coup, les CV d’étudiants s’entassent et prennent la poussière.

 

N’ayant pas fait de formations dédiées au jeu vidéo, j’aurai beau jeu de commenter ces écoles. Par contre, il y a des choses immuables que tout les étudiants quelques soient leurs formations devraient savoir.

 

Pour gérer une carrière dans le jeu vidéo (et ailleurs), il y a - à mon avis - deux points fondamentaux à contrôler.

 

En premier lieu, il faut savoir passer les barrières à l’entrée. Ces derniers temps, ces barrières sont devenues particulièrement élevées, et ce pas que dans le jeu vidéo. C’est l’entière totalité de la société Française qui semble se crisper entre ceux qui sont dedans et ceux qui sont dehors.

 

Ensuite, une fois dans le système, il faut savoir maintenir une structure et une cohérence de carrière.

 

Soyons clair. Vous êtes en concurrence avec les travailleurs à l’étranger, vous êtes en concurrence avec vos compatriotes, vous êtes en concurrence avec des jeunes mieux formé et moins regardant que vous.

 

Et, pour enfoncer le clou, votre jeu est en concurrence avec des dizaines d’autres, et ce sans parler des autres formes de divertissements.

 

Il ne faut pas se leurrer. Dans le milieu, vous avez à peu près autant de valeur que votre dernière production. Peu importe que tel ou tel jeu que vous avez fait il y a 5 ans a été un succès planétaire. Si votre dernier jeu a été un four, ou si votre dernier emploi n’était pas fantastique, vous êtes un has been.

 

Evidemment, je force le trait, et l’expérience a de la valeur. Dix ans de carrière force le respect. En général en tout cas. Mais bien moins qu’on aimerai le croire.

 

Pour moi, ces deux contraintes – barrière à l’entrée et gestion de carrière – sont les mêmes facettes d’une même quête, la recherche de la pertinence.

 

Etre pertinent, c’est savoir réunir les bonnes compétences, la bonne expérience, les bonnes relations afin de toujours pouvoir continuer à travailler. Et ce tout au long de votre vie. Et ça n’est pas facile.

 

L’objectif premier de la gestion de carrière, c’est être pertinent. Pertinent dans la gestion du travail et de l’auto formation, pertinent dans l’acquisition de l’expérience et des connaissances. Et surtout, pertinent dans l’art de rester pertinent au yeux de votre industrie.

 

Alors, pour revenir au sujet, le problème numéro 1 des étudiants, c’est d’abord et avant tout l’art de se créer un profil pertinent. Comment y arriver quand on a priori pas d’expérience ?

 

Il existe de multiples façons pour combler ses lacunes. Déjà, il faut savoir se mettre en avant et se présenter. Vous êtes votre propre vendeur, et personne ne va le faire pour vous. Il faut démontrer dés le départ que vous serez efficace, autonome et très vite productif (et ce encore plus dans le cadre des stages).

 

Ensuite, l’expérience ne s’obtient pas que dans des structures professionnelles. Créez vos propres projets de jeu ou vos graphs, faites des demos, des maquettes, des game design, des mods, des sites webs et des books. Surtout, montrez que vous êtes capable de venir à bout de vos ambitions.

 

Enfin, démontrez que vous êtes proactifs, ouverts et motivés. Apprenez à être humble mais ambitieux. Gardez à l’esprit que les gens préfèrent travailler avec des collègues moins expérimentés mais agréable à vivre plutôt qu’avec des brutes techniques, froides, hautaines et autistes.

 

Enfin, si vous ne trouvez pas en France, partez à l’étranger. L’Angleterre, le Canada, les Etats-Unis vous tendent les bras. En France, c’est aujourd’hui la seule voie royale, celle qui vous ouvrira à terme le plus de portes.

 

En conclusion, il faut tout le temps garder à l’esprit cette quête de la pertinence, ne pas la craindre, mais en faire une force plutôt, et avoir confiance en soi. Car le plus dur, ça n’est pas forcement d’entrer dans le milieu, mais bel et bien d’y rester…

 

Bon courage en tout cas :-) 

Commentaires

Ce que tu devrais dire c'est que la plupard des offres de stage demande des egns déjà compétent ce qui en soit est une abération. c'est comme ça que certains se retoruve dans un vide spatio temporel, trop qualifié pour un stage pas assez pour un emploi...

Écrit par : Pedro Guanaes | 21/02/2007

Tout a fait. Malheureusement, c'est la charge de cette personne de combler le gouffre par ses propres moyens... :-)

Écrit par : Daz | 21/02/2007

bel article!
rien a rajouter.

Écrit par : Krousty_bat | 22/02/2007

Merci Krousty ! :-)

Écrit par : Daz | 22/02/2007

Les commentaires sont fermés.