Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/04/2009

Esclaves...

Je ne sais pas pourquoi, mais ces propos de Miyazaki trouvent écho en moi...


Depuis de nombreuses années, avec mon équipe du studio Ghibli, j'ai pratiqué un style d'animation par lequel nous avons essayé de reproduire précisément la réalité, en la menant vers l'animation. Je suis parti d'une image très simple. E

 

n quarante ans, elle est devenue beaucoup plus détaillée avec les ordinateurs, en utilisant les programmes de 3D. Au bout de quarante ans, ces efforts ont suscité une telle pression que nous sommes arrivés à nous demander pourquoi nous les faisions.

 

Pourquoi ne pas abandonner cette approche ?

 

Notre but est d'être libres et flexibles, et en se tenant à ce style d'animation nous nous imposons trop de restrictions. En choisissant l'océan comme décor de notre nouveau film, nous espérions retrouver la liberté, loin de l'imagerie de la nature que nous avons dépeinte dans les quarante dernières années.

 

J'avais l'impression que nous étions devenus esclaves de notre propre technique. Plutôt que d'être très précis et exacts dans les détails, nous avons choisi de mettre plus d'animation dans les mouvements, sans donner trop de détails aux ombres, aux reflets.

 

[ Le Monde ]

 

miyazaki_ponyo.jpg

 

 

21:10 Publié dans Idées | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Propos très intéressant et qui trouve aussi en moi un écho. Combien de fois ai-je demandé pour nous étions si esclavec de cette volonté de « réalisme », si tant est que cela est un sens ?

Mais bizarrement, je n'ai jamais trouvé que le qualificatif principal du style de Miyazaki était le réalisme, contrairement à celui de son compère Takahata. À une ou deux exceptions près.

(j'ai d'abord voulu envoyer mon commentaire depuis mon PDA, mais l'anti-spam doit-être en js ou je ne sais quoi, et je ne vois pas le captcha :-/)

Écrit par : Mokona | 11/04/2009

Yo, ca va Mokona ?

Je pense que ce a quoi Miyazaki fait référence quand il pense réalisme se réfère aux techniques modernes de modélisations 3D et d'animations. Je suppose que pour lui, cela revient à ceder le controle à la machine, et que la machine, elle, elle excelle surtout pour appliquer des principes réalistes.

Pour revenir à notre sujet, je ne peux qu'abonder dans ton sens: pour l'heure, nous nous évertuons à limiter notre palette créatrice à un rendu réaliste relativement pauvre.

Mais après avoir vu Prince Of Persia ou Afro Samourai, on se reprends à rêver... ^_^

Pire, je crois que le problème est encore bien plus profond qu'un simple rendu. Nous sommes esclaves de nos propres limitations en terme de design, de culture, et de prises de risques...

Écrit par : Daz | 11/04/2009

Les commentaires sont fermés.