Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/01/2007

Harvest et BaseCamp

La gestion de projet est souvent perçue comme le maillon faible de la chaîne de production. Personnellement, je pense que les sources de cette mauvaise image sont multiples et parfois erronés :

 

- Les attentes sont trop élevées :

 

Il y a une surenchère réelle et complètement injustifié sur ce qui relève de la responsabilité du management. La gestion ne peut pas faire de miracle. Si le produit est mauvais par définition, ou les ressources nécessaires à la production non disponible, aucun manager au monde ne pourra rien y faire, aussi bon soit il.

 

- Les techniques de management ne sont pas assez souples :

 

Le management en tant que discipline d’étude a connu un essor incroyable au 20ième siècle. Et il est vrai que cela à permis d’énorme progrès dans la qualité et la gestion de la productivité des grandes entreprises. Malheureusement, la plupart des méthodes et autres approches sur les processus d’entreprises s’adaptent mal dans des cadres plus restreints où les rôles sont peut être moins bien définis et continus. Dans ces cadres là, les gains obtenus par l’application de telles ou telles techniques de gestion ne compensent souvent pas le coût de mise en œuvre de ces dernières.

 

- Le role du management est souvent trop vague, mal compris ou mal défini.

 

Enfin, tout ne relève pas forcement du management. Si une entreprise peut être décrite comme une somme de processus, il est probablement possible de pousser la dichotomie à l’infini, une sorte de vision fractale du fonctionnement de la société. Déjà, tout les processus n’ont pas forcement besoin d’être managés. De plus, tout ce qui se passe dans l’entreprise ne se décrit pas forcement sous forme de processus.

 

Ceci étant dit, le besoin de management est indubitable. Pour ce faire, une myriade d’outils existe, tous dépendant du contexte et du propos de l’entreprise. Ces derniers temps, la principales évolutions de ces outils provient de l’émergence du Web 2.0.

 

 

 

C’est le propose de produits comme BaseCampHarvest. Harvest se propose d’aider à la gestion du temps, afin d’accélérer et d’améliorer les processus liés à un projet. BaseCamp pour sa part permet d’améliorer la communication entre les parties prenantes du projet grâce à une mise au point des objectifs, échéances et autres listes de taches à effectuer.

 

Deux traits semblent caractériser ces nouveaux outils : l’ouverture (accessible de n’importe où dans le monde et pour chaque intervenant du projets) et la simplicité (la gestion ne doit pas devenir elle-même un processus complexe nécessitant d’être géré !).

 

 

 

Quoi qu’on en pense, le management reste un art à part appelé à devenir prépondérant dans l’industrie avec l’augmentation de la complexité et de la taille des équipes de productions, à condition de savoir rester humble…

08/12/2006

CMAP tools et MinJet Manager

Dans la veine des outils d’aide à la conception, j’avais déjà touché deux mots de CMAP Tools et de la notion de concept map. CMAP est un outil gratuit permettant de créer des cartes conceptuelles, ce qui est très pratique pour travailler sur des notions complexes.

 

Une autre approche complète cette technique : le mind mapping. Principalement utilisé en conception pour organiser le brainstorming, le mind mapping est également idéal en production pour cartographier les processus transversaux traversant le studio et les divers sous traitants. Une image vaudra toujours mieux qu’un millier de mots, et permettra souvent de visualiser des connections non évidentes entre des thèmes différents.

 

L’un des outils que j’ai fréquemment vu utilisé, c’est MindJet MindManager. Ceci dit, l’offre logicielle est vaste, y compris en logiciel libre.

 

26/10/2006

Final Draft vs CeltX

En matière de brainstorm, rien ne vaut un bon vieux stylo et une feuille de papier vierge. Aucune limite, aucune contrainte, juste celle du format de la feuille et l’étendue de son imagination.

 

Pour autant, quelque soit l’objectif final, 80 pages de gribouillis et autres ratures n’ont jamais permis de réaliser quoi que ce soit. Pour produire, et reproduire (la nuance est importante), il faut pouvoir communiquer efficacement. C’est pour cela que la musique a le solfège, que le dessin industriel est sévèrement codifié, et que les films ont des scénarios et autres story board.

 

 

 

 

Malheureusement, le game design est une discipline bien trop récente pour avoir ses propres conventions et ses outils dédiés. Le game designer se traîne donc un bric à brac de logiciel, chacun répandant à un problème précis, et ce allant du très neutre Word au pratique SketchUp sans oublier le bon vieux Wiki ou CMap.

 

 

 

 

Le cinéma possède pourtant certains outils comme le très répandu Final Draft pour l’écriture de scénario. Les structures des jeux scénarisés étant somme toute très proche du cinéma, l’outil semble se prêter à souhait pour le game designer écrivain.

 

A 300$, l’adition reste pourtant salé. Une alternative gratuite – que j’ai découverte via The Escapist – existe, CeltX. Je ne l’ai pas encore essayé, mais il a l’air prometteur…

 

 

25/10/2006

3DS Max 9

Depuis le rachat de Maya par Autodesk, l’industrie retient son souffle. En effet, Maya et 3DS Max se partage la vaste majorité du segment des outils d’éditions 3D, un quasi monopole effectif. Mais est-ce que les deux packages sont appelés à être fusionnés ? Rien n’est moins sur.

 

medium_Maya7_Signature.jpg

 

Apres tout, il vaut peut être mieux contrôler 70 % du marché à part égale entre Max et Maya, plutôt que de n’en posséder que 60 % avec un unique et hypothétique « Super-3DS-Maya-Max-Xperience-Plus » ! Deux produits valent medium_2B749334307BE8DB0EADCDEB372FCD52.2.jpgmieux qu’un face au challenger SoftImage XSI.

 

 

Stratégie que semble confirmer par ailleurs la récente sortie de 3DS Max 9. Je note par ailleurs que GMax, la version gratuite de 3DSMax, a disparu de l’offre… Une raison de plus pour garder un œil sur XSI Mod, la version gratuite de XSI, ou encore ce bon vieux Blender

 

 

15/08/2006

Indy games sur X360

Microsoft a décidemment l’intention de séduire le marché du développement indépendant. Après le succès de la plateforme de distribution Xbox Market Live, Redmond a décidé d’ouvrir le développement sur Xbox 360 en distribuant XNA studio express.

 

Pour 100$ par an, les indépendants et les petits développeurs pourront créer et tester leurs jeux sur la fameuse Xbox 360. C’est une grande première dans l’industrie. Le développement sur console est un monde relativement fermé ou il a fallu montrer patte blanche pendant longtemps.

 

En ouvrant sa console au public, Microsoft fait d’une pierre deux coups. Ils s’assurent une position privilégiée auprès d’une génération de développeur qui sera plus familière avec leurs plateformes, tout en ouvrant de nouvelles opportunités commerciales à tout un secteur particulièrement actif et innovant.

 

The company aims to stimulate the Xbox 360's user-created games category with the introduction of the toolset, which will be available as a free download to Windows XP users. According to a statement from Microsoft, users will pay an annual $99 "creators club" fee that will allow them to "build, test and share their games on Xbox 360," as well as gain access to materials that will help speed up development of games.

 

General manager of Microsoft Game Development Group Chris Satchell talked up the toolset, saying, “XNA Game Studio Express will ignite innovation and accelerate prototyping, forever changing the way games are developed. By unlocking retail Xbox 360 consoles for community-created games, we are ushering in a new era of cross-platform games based on the XNA platform. We are looking forward to the day when all the resulting talent-sharing and creativity transforms into a thriving community of user-created games on Xbox 360.”

Scott Henson, Director of the Game Development Group at Microsoft, told us:

"In the future -- we don't have a specific time frame -- we envision investing in the infrastructure to create a friction-free distribution environment very similar to what you see with YouTube. You've got these really cheap accessible tools, now wouldn't it be really cool if you had a way to share this stuff with people online, potentially sell it in time to people online, and what if we, Microsoft, created the platform and the distribution mechanism as a part of the Xbox Live service so you could do that. So our vision and our ambition is to actually create a community-powered arcade."

 

[   Joystiq  ]

26/07/2006

Perforce

Produire un jeu vidéo, c’est principalement produire une masse de donnée phénoménale : des objets 3D, des textures, des animations, des shaders, du script, et bien sur, du code.

 

Le code est un type de donnée très particulier. Un même fichier source peut changer souvent – plusieurs fois par jour -, être édité par plusieurs personnes à la fois, être synchronisé avec une autre version du même fichier dans une autre branche…

 

Autant dire que les sources d’erreurs sont multiples et parfois difficile à tracer ! Pour conserver l’historique d’un fichier source, de nombreux outils existent, le plus répandu publiquement étant CVS.

 

A ma connaissance, le meilleur et le plus complet pour cette tache est Perforce. Complet, intuitif, hautement configurable, Perforce est vraiment agréable à l’utilisation. C’est un outil qui aide le développeur au lieu de lui mettre des bâtons dans les roues.

 

De plus, Perforce est gratuit à l’essai. Que demander de plus ?


23/07/2006

Confluence

Faire un jeu vidéo est une énorme tache collaborative. Et qui dit collaboration dit communication. L’un des meilleurs outils qu’Internet a vu émerger ces dernières années, c’est le WIKI.

 

Pour faire simple, un wiki, c’est un site web collaboratif ou chaque page est modifiable par n’importe qui. Le plus fameux exemple est wikipedia, que je ne me lasse pas de parcourir de long en large. La simplicité et la réactivité de ce type de site en fait un outil idéal pour le design ou la documentation, ce qui n’a pas échappé aux diverses industries de l’information.

 

La meilleure plateforme de wiki que j’ai utilisé est Confluence. Confluence allie une facilité d’usage à un fonctionnement très performant. Et devinez quoi ? Il est gratis pour les organisations à but non lucratifs et les particuliers !

 

20/07/2006

Microsoft Visual Studio

Je ne vais pas m’étendre sur Visual Studio, disons seulement que c’est l’IDE incontournable pour programmer aujourd’hui. Et ça tombe bien, puisque Microsoft propose une version gratuite de son IDE, Visual Studio Express 2005. Plus aucune excuse aujourd’hui !

 

19/07/2006

Sketch Up

SketchUp est un outil de modélisation principalement dédié à l’architecture. Il est doté d’une batterie de fonctions d’extrusion, d’instanciation et de modélisation qui facilite vraiment la vie des modélisateurs. C’est un outil particulièrement bien adapté au prototypage des niveaux de jeux (level design), avant habillage avec un modeleur plus approprié pour cela (Max, Maya...).

 

Depuis le rachat par Google, une version gratuite est disponible en ligne, alors essayez-le !